Journal
de
Moto

Début de saison

Ça y est, le printemps est enfin arrivé! Les projets de voyages se concrétisent, on dépoussière le casque, on sort les cuirs de la garde-robe de cèdre et enfin, on se prépare à prendre la route. Toutefois, avant de lancer cette nouvelle saison, quelques préparatifs sont requis pour s’assurer de prendre la route en toute sécurité. On fait le tour ensemble.

Ça y est, le printemps est enfin arrivé! Les projets de voyages se concrétisent, on dépoussière le casque, on sort les cuirs de la garde-robe de cèdre et enfin, on se prépare à prendre la route. Toutefois, avant de lancer cette nouvelle saison, quelques préparatifs sont requis pour s’assurer de prendre la route en toute sécurité. On fait le tour ensemble.

Premièrement, la grande majorité des vérifications de début de saison peuvent se faire soi-même, sans l’aide d’un garagiste. Par contre, dans certains cas, il sera préférable d’aller chercher un peu d’aide et profiter des compétences techniques d’un expert pour éviter de se mettre à risque.

1) LA PRESSION DES PNEUS

Cette vérification est assez simple à effectuer à l’aide d’un manomètre. Il est fort probable que le changement de température ait affecté le niveau d’air dans les pneus, rendant nécessaire d’en ajuster la pression. Un pneu trop ou pas assez gonflé perd de son adhérence au même titre qu’un pneu usé.

2) LE NIVEAU DES FLUIDES

Huile à moteur, certes – mais aussi le circuit de refroidissement, le liquide à frein et le liquide de transmission. Gardez l’œil ouvert pour les fuites et assurez-vous qu’elles soient scellées adéquatement avant de remplir les réservoirs.

3) VIDANGE DU RÉSERVOIR

Le gaz resté dans votre moto à la fin de la saison s’est en partie évaporé durant l’hiver, et ses qualités ne sont plus optimales. Mettez-en de la neuve. Le moteur vous en sera reconnaissant!

4) RECHARGER LA BATTERIE

Idéalement, employez un chargeur de batteries adapté aux motocyclettes. Certains chargeurs pour auto pourraient endommager la batterie avec un voltage trop élevé.

5) LES AMPOULES

Vos phares devraient fonctionner normalement – après tout ce sont vos yeux dans le noir! Changez au plus vite tout clignotant ou feu d’arrêt défectueux : c’est le principal moyen de communiquer avec ceux qui partagent la route avec vous.

6) LE NETTOYAGE DES FREINS

Parce que s’ils vous lâchent, vous allez avoir un gros problème! Les plaques de freins sont probablement les pièces les plus propices à souffrir de l’usure et devraient être changées trop tôt plutôt que trop tard! Prenez d’ailleurs en note toute pièce montrant des signes d’usure inhabituels, afin de les changer le cas échéant.

7) GRAISSAGE DES COMPOSANTES

De nombreuses pièces doivent être adéquatement lubrifiées : câbles, axes d’articulation et chaînes de transmission primaire. Les chaînes doivent de plus garder une tension suffisante afin de réduire l’usure du véhicule. Pour ajuster la chaîne, le manuel du véhicule donne normalement de bonnes instructions sur la tension requise – vous avez toujours le manuel, n’est-ce pas?

8) LE SON

Pour détecter les anomalies pendant que le moteur ronronne, guettez tout bruit ou vibration inconstante et voyez-y sans tarder.

Après vous être occupé de l’entretien du début de saison de votre moto (en vous remémorant combien vous avez trippé l’été passé), il va sans dire qu’un passage chez le garagiste peut s’imposer ; question d’avoir l’esprit tranquille et d’éviter les mauvaises surprises. Une inspection de base par un professionnel devrait vous coûter environ 70$, si la bête n’a pas trop souffert durant son hibernation…

Bon début de saison et soyez prudent !

06/04/2020

Filles de moto


Grossesse et motocyclette : est-ce compatible?

Vous êtes une mordue de moto et vous êtes enceinte? Devez-vous mettre de côté ce loisir au premier test de grossesse positif ou existe-t-il une manière sécuritaire de rouler? La maternité amène son lot de questions, et celles-ci valent la peine d’être posées.

Vous êtes une mordue de moto et vous êtes enceinte? Devez-vous mettre de côté ce loisir au premier test de grossesse positif ou existe-t-il une manière sécuritaire de rouler? La maternité amène son lot de questions, et celles-ci valent la peine d’être posées.

En 2011, une étude du Journal de l’Association médicale canadienne révélait que la grossesse augmente de façon significative le risque des femmes d’être impliquées dans un accident grave de la route. La nausée, la fatigue et le manque de concentration, trois symptômes bien connus de la grossesse, sont pointés du doigt dans cette étude. Il est donc très important pour chaque femme de connaître ses limites. « C’est sûr que la grossesse a complètement changé ma façon de faire de la moto cette année », nous révèle Catherine. « J’ai adopté une conduite préventive et j’ai été très à l’écoute de mes limites. Je me suis abstenue de faire du motocross, du enduro ou du flat track par exemple. J’ai aussi écourté mes journées de ride et anticiper davantage les imprévus. L’équipe de production a été très attentive à mes besoins. J’ai eu l’air de rouler beaucoup cet été en raison de l’émission, mais en réalité, c’est ma plus courte saison. »

Pour Dre Bi Lan Wo, chef du service d’obstétrique au CHUM, tout est une question de gros bon sens : « Il n’existe aucune littérature médicale précise sur ce sujet. On déconseille par précaution les sports où les risques de chute sont plus grands, mais si vous êtes une motocycliste aguerrie, que vous êtes confortable sur la moto, et que vous acceptez les risques, ça demeure votre choix. Il n’y a pas réellement de contre-indication. Par contre, la prudence reste de mise et les débutantes sont invitées à s’abstenir. Pour ce qui est de la vibration, elle n’est pas suffisante pour représenter un risque pour le fœtus, à moins d’avoir une grossesse à risque. On demande aux femmes qui ont un décollement placentaire ou un cerclage d’en faire le moins possible. Ces femmes devraient remiser leur moto le temps de la grossesse. »

Bien entendu les risques de mort sont plus grands en moto ou en vélo qu’en auto. Comme nous pouvons le constater dans l’épisode Maman et Moto, pour certaines femmes, l’envie de faire de la moto disparaît naturellement avec les premiers symptômes de la grossesse, et d’autres se permettent de petites ballades jusqu’à temps qu’elles sentent de l’inconfort sur la moto. Ce qu’il faut retenir, c’est que chaque grossesse est différente et que c’est à chaque femme d’être à l’écoute de ses besoins et ses limites.

13/04/2020

Filles de moto


Rouler sous la pluie

La pluie, la pluie… c’est pas une raison pour se faire mal (référence au film La Guerre des Tuques…!). En effet, rouler à moto sous la pluie, si on s’y prend comme il faut, ne devrait pas être un combat sans lendemain où l’on risque le tout pour le tout. En suivant ces quelques règles de base, et selon votre niveau de confiance, vous pourrez prendre la route sous les nuages sans craindre d’y laisser des plumes.

La pluie, la pluie… c’est pas une raison pour se faire mal (référence au film La Guerre des Tuques…!). En effet, rouler à moto sous la pluie, si on s’y prend comme il faut, ne devrait pas être un combat sans lendemain où l’on risque le tout pour le tout. En suivant ces quelques règles de base, et selon votre niveau de confiance, vous pourrez prendre la route sous les nuages sans craindre d’y laisser des plumes.

1) ANTICIPATION
Une chaussée mouillée est une chaussée glissante et l’adhérence des pneus s’en voit réduite. Il faut regarder loin en avant, être encore plus vigilant qu’à l’habitude, et surtout rester alerte en tout temps. On suggère d’augmenter la distance entre les motos et les voitures pour permettre de réagir adéquatement en cas de freinage. On crée ainsi une zone de sécurité qui peut littéralement sauver des vies.

2) VISION
Un casque de bonne qualité fait toute la différence en cas d’averse. Le petit bol qui couvre à peine la tête ne sera d’aucune utilité sous la pluie, ni le bandana, ni les lunettes. Ce trio pourtant fort populaire est un aller-simple vers le mauvais plan. Si on adopte le mode full-face, une visière de piètre qualité risque de devenir embuée. Dans ce cas, on peut utiliser des vaporisateurs qui limitent l’effet de la formation de buée à l’intérieur et à l’extérieur du casque pour faire glisser les gouttelettes de pluie (deux produits différents). Ce type de produit fonctionne très bien, sauf en cas de pluie très fine.

3) PROTECTION
Sous la pluie, il faut tenter de rester au sec le plus longtemps possible, parce que soyons franc, peu importe la qualité de l’équipement que vous choisissez, le tissu ou les glissières finiront tôt ou tard par laissez-passer une ou deux gouttelettes, la première étant souvent celle qui glisse dans votre cou, puis tout le long du dos. Plus on est trempé et inconfortable, plus il sera difficile de rester concentré sur la route. Les essentiels pour rester en contrôle : combinaison de pluie bien visible, couvre-gants et couvre-bottes.

4) ADHÉRENCE
Les pneus d’une moto, en tout temps, doivent être en excellent état et bien gonflés. Mais c’est d’autant plus important lorsque la chaussée est mouillée. Un pneu usé évacue moins bien l’eau, ce qui augmente les risques d’aquaplanage.

5) LA CONDUITE
Il faut se méfier des endroits où l’on a utilisé de la peinture pour faire du marquage sur la chaussée : lignes jaunes, lignes d’arrêt, zones scolaires, flèches, etc. Une fois humides, ces surfaces deviennent très glissantes. On évite également tout geste brutal et préfère les accélérations et freinages en douceur pour limiter les risques de dérapage. À l’approche d’une courbe, on réduit la vitesse pour ne pas avoir à trop pencher la moto.

6) RECHARGER LES BATTERIES
La conduite sous la pluie demande plus d’effort qu’une ballade au soleil. Il faut respecter ses limites et ce n’est absolument pas le moment de tenter une expérience « hors zone de confort ». Si vous avez des doutes et que c’est possible, reportez votre voyage. Sinon, assurez-vous de prendre des pauses régulièrement et de rester au sec autant que possible. Si la pluie devient trop violente, trouver un endroit pour vous réfugiez et attendez que le vilain nuage se libère de votre chemin.

20/04/2020

Filles de moto


Modifier une moto neuve

Lorsque l’on pense à la modification de moto, ça veut dire partir d’une vieille bécane, courir les pièces sur le web, se salir les mains et tout reconstruire jusqu’à ce que l’on obtienne quelque chose à mi-chemin entre la machine et l’oeuvre d’art. Pourtant, c’est tout à fait possible de modifier et personnaliser une moto qui n’affiche que… zéro kilomètre au compteur.

Lorsque l’on pense à la modification de moto, ça veut dire partir d’une vieille bécane, courir les pièces sur le web, se salir les mains et tout reconstruire jusqu’à ce que l’on obtienne quelque chose à mi-chemin entre la machine et l’oeuvre d’art. Pourtant, c’est tout à fait possible de modifier et personnaliser une moto qui n’affiche que… zéro kilomètre au compteur.

Premièrement, soyons franc, personne ne veut posséder une moto qui ressemble à toutes les autres. Alors, au meilleur de nos connaissances, on lui donne une petite touche personnelle qui nous permettra de se distinguer lorsqu’on ira passer le weekend à Laconia, et qu’on sera entouré de dizaines de milliers d’autres motards.

La bonne nouvelle, c’est que l’achat d’une moto neuve est un des meilleurs moments pour y apporter quelques modifications. Non seulement les pièces seront installées par des mécanos certifiés, mais aussi parce que la garantie du manufacturier sera applicable aux nouvelles composantes. En plus, l’argent investi en personnalisation et modifications pourra s’ajouter au financement du prix d’achat de la moto.

Voici quatre exemples de modifications:

Le siège
Simple et efficace, personnaliser la selle peut changer totalement le look de la moto. La plupart des manufacturiers offrent des sièges doubles ou solos, surbaissés ou plus confortables, avec ou sans appui pour le dos, ou encore, en cuir, en vinyle ou en suède. Simple à installer, quelques tours de tournevis suffisent pour transformer la moto.

Le guidon
On peut le vouloir le plus bas possible, allant même jusqu’à avoir l’extrémité des poignées qui pointe vers le sol, pour un style inspiré des Cafe Racer. D’autres préfèrent adopter un style plus old-school avec un guidon qui relèvera les bras, à la Easy Rider. Dans tous les cas, il faut souvent revoir la totalité du filage (embrayage, frein avant, clignotants, gaz) pour le raccourcir ou l’allonger. Pour ce type de projet, l’expertise d’un technicien qualifié est plus que bienvenue.

Silencieux
Vacarme à percer les tympans, grondement sourd, sifflement d’avion à réaction, légal ou non, malgré toutes les polémiques entourant la question des silencieux, encore plusieurs motocyclistes préfèrent être entendus que passer inaperçus sur la route. Trop c’est comme pas assez, bien entendu. Avant de sortir du concessionnaire, on peut décider de changer le silencieux et personnaliser à la fois la forme de celui-ci et le son.

Stage 1, 2, 3, 4, 5
D’un point de vue strictement mécanique, plusieurs modifications peuvent être apportées pour augmenter les performances du moteur. Certains concessionnaires de motos classent ces modifications par ce que l’on appelle des “stages”. Le stage 1, première étape d’une série de modifications dites de performance, comprend un filtre à air haut débit, un système d’échappement performant et une reprogrammation de l’ordinateur de bord. Stage 2? On touche aux arbres à cames. Et ainsi de suite jusqu’à ce qu’on obtienne une fusée sur deux roues rendu au stage 5.

Siège, guidon, silencieux et mécanique, voilà votre moto est personnalisée ! Bien entendu, on touche à peine à la pointe de l’iceberg des modifications possibles à l’achat d’une moto. Néanmoins, sachez que la personnalisation d’une moto n’est certainement pas réservée qu’aux passionnés de mécanique. Osez feuilleter le catalogue de pièces et accessoires avant de conclure la transaction… Sky is the limit!

 

27/04/2020

Filles de moto


Pense-bête Moto Camping

Vous planifiez les vacances d’été et vous êtes tentées de faire du moto-camping dans les Sandbanks en Ontario. Seulement, vous ne savez pas par où commencer? Voici un pense-bête sommaire à adapter selon la saison et votre destination.

Vous planifiez les vacances d’été et vous êtes tentées de faire du moto-camping dans les Sandbanks en Ontario. Seulement, vous ne savez pas par où commencer? Voici un pense-bête sommaire à adapter selon la saison et votre destination.

D’abord, les bagages. Si votre moto est déjà munie de valises et d’un top case, le transport des bagages ne sera pas un problème. Dans le cas contraire, il faudra évaluer ces différentes options :

  • le sac réservoir (attention le sac aimanté peut user prématurément la peinture du réservoir!)
  • le sac tube (aussi appelé le duffle bag ou sissy bar bag)
  • le sac à dos (peu recommandé)
  • la sacoche de selle
  • le filet araignée

Dans tous les cas, assurez-vous de l’étanchéité des sacs pour une arrivée au sec! Si vos sacs ne sont pas imperméables, vous pouvez vous procurer des dry bags dans les magasins de sport ou même les magasins à un dollars.

Ensuite, quoi apporter?

Les indispensables

  • permis de conduire
  • immatriculation
  • assurance voyage
  • argent comptant et carte de crédit
  • fil de recharge cellulaire
  • confirmations d’hébergements

Pour rouler

  • vêtements de protection
  • casque et visière
  • dry bags
  • ceintures, bungees, corde ou Rok Strap
  • tie wrap
  • carte routière
  • trousse d’outils

Pour dormir

  • tente
  • sac de couchage
  • matelas gonflable
  • bâche pour couper l’humidité au sol
  • lampe de poche ou frontale
  • bouchons d’oreilles

Pour vous habiller

  • 4 t-shirts
  • 1 chandail à manches longues
  • 1 hoody
  • 1 short
  • 1 jeans
  • sous-vêtements
  • maillot de bain
  • flip flop

Pour être propre

  • serviette en microfibre
  • savon et shampoing en barre
  • lingettes humides
  • petite trousse de premier soin
  • protèges dessous / tampons
  • désodorisant
  • brosse et pâte à dents

Pour manger

  • gamelle/chaudron compact
  • ustensile
  • couteau de poche
  • noix et fruits séchés pour la petite fringale en route

Pour votre confort

  • bouteille d’eau réutilisable
  • gouttes pour les yeux
  • crème solaire
  • anti-moustique
  • baume à lèvres
  • nettoyant à visière
  • chiffon

Avant de prendre la route, regardez l’état mécanique de votre moto. Quelques minutes d’inspection peuvent vous faire gagner des heures assis au bord de la route à attendre la remorqueuse ou le pick-up du beau-frère. Peut-être constaterez-vous que votre monture a besoin d’amour avant de partir, ou que vous devriez apporter quelques pièces de rechange avec vous.

Soyez prêt à embrasser les imprévus et bonnes vacances.

04/05/2020

Filles de moto


Faire le tour du monde au Festival de films de moto de Toronto

Qui a dit qu’il fallait avaler des kilomètres au guidon de sa moto pour voyager et faire le tour du monde? Devant son ordinateur, dans le confort de son salon ou au cinéma, les films moto ont la cote! Si bien que plusieurs festivals de films s’y consacrent. C’est le cas du Festival de films de moto de Toronto.

Qui a dit qu’il fallait avaler des kilomètres au guidon de sa moto pour voyager et faire le tour du monde? Devant son ordinateur, dans le confort de son salon ou au cinéma, les films moto ont la cote! Si bien que plusieurs festivals de films s’y consacrent. C’est le cas du Festival de films de moto de Toronto. On dit qu’une image vaut mille mots. Peut-être qu’un film vaut mille kilos… ?

Le très à la mode quartier Williamsburg à Brooklyn a été le premier à organiser un festival de films d’envergure internationale dédié à la moto en 2012. Depuis, plusieurs autres villes du monde ont emboîté le pas dont Portland, Nice, Toronto et… Rouyn-Noranda!

Toronto Motorcycle Film Festival
La ville Reine a été la première ville canadienne à célébrer la moto au grand écran en 2016, et elle répète l’expérience tous les automnes. Depuis, le festival gagne en ampleur et en notoriété. Soirées d’avant-première, expositions d’art reliées à la moto, panel avec réalisateurs de films et table ronde sur la culture moto et le cinéma, c’est un weekend entier que l’on consacre au 7e art sur deux roues, et ce, à chaque mois d’octobre!


http://www.torontomotofilmfest.com/

Le MOFFAT
Le Moto Film Fest Abitibi-Témiscamingue (MoFFAT) se veut un événement rassembleur pour la communauté moto du Québec et le grand public de la région. Chaque été, en juillet, les motocyclistes et passionnés du monde de la moto sont invités à converger vers Rouyn-Noranda pour vivre une expérience hors du commun.

Aux abords de la presqu’île du lac Osisko, on célèbre la culture moto sous toutes ses formes. Les visiteurs les plus téméraires sont également invités à se rendre au festival dans le cadre d’une randonnée baptisée La Bête noire, un road trip sauvage vers l’Abitibi qui propose huit points de départ pour une seule destination!
https://www.motofilmfest.ca/

Vous en voulez plus?
La chaîne Viméo de Oneland Magazine rassemble près de 90 court-métrages moto de partout à travers le monde. Vous y trouverez de véritables petits bijoux bien ancrés dans l’air du temps.
https://vimeo.com/channels/onelandmag

Choppertown est un site web original qui rassemble les meilleurs documentaires moto. Vous pouvez vous abonner pour les écouter en streaming, les télécharger ou les acheter en DVD.
https://www.choppertown.com

Maintenant vous avez pleins de moyens pour voyager dans le confort de votre divan, ou de rouler à moto jusqu’à Toronto ou Rouyn pour visionner des films de moto. Bon cinéma!

11/05/2020

Filles de moto


Mymy Rider: l’entreprenariat moto au féminin

Mesdames, vous rêvez d’un atelier-boutique moto chaleureux où l’on ne vous regarde pas de haut? Ce bijou existe! De l’autre côté de l’Atlantique, Mymy Rider offre un concept hybride et novateur spécialement dédié aux Parisiennes adeptes de moto. Entretien avec Myriam Amrouni.

Mesdames, vous rêvez d’un atelier-boutique moto chaleureux où l’on ne vous regarde pas de haut? Ce bijou existe! De l’autre côté de l’Atlantique, Mymy Rider offre un concept hybride et novateur spécialement dédié aux Parisiennes adeptes de moto. Entretien avec Myriam Amrouni.

Après 19 ans chez Air France, Myriam souhaitait un nouveau défi. C’est en visitant la boutique Deus Ex Machina lors d’un voyage familial à Los Angeles qu’elle a l’illumination. « J’ai tout de suite eu l’impression d’être dans un endroit différent des autres garages, un lieu accueillant, chaleureux et propre. Un concept nouveau qui m’a plu tout de suite. »

Elle profite d’un programme de départ volontaire offert par la compagnie aérienne pour s’inscrire à deux formations de mécanique moto et, sans expérience, elle se relève les manches pour amorcer la lourde tâche de démarrer une entreprise. « Mon plus gros défi a été de prévoir mon financement. J’ai compris très rapidement que les banques ne soutiendraient pas mon projet, parce que je créais quelque chose de nouveau. Il n’y avait pas d’autres garages féminins sur lesquels se référer. » Après six mois de recherche intensive, c’est dans le 20e arrondissement qu’elle trouve le local idéal. Elle ouvre Mymy Rider en septembre 2016.

En franchissant les portes du 30 rue des Maronites, vous y trouverez un garage, une boutique et un endroit confortable où boire un café. Myriam a poussé le concept en offrant des ateliers participatifs aux personnes désireuses d’apprendre la mécanique, en plus d’offrir les ponts en location pour y travailler soi-même. Était-ce un pari risqué d’ouvrir une boutique moto dédiée spécialement aux femmes? « Je pense que c’était une niche à ce moment-là. C’est encore le cas aujourd’hui, car il n’y a toujours pas d’autre lieu comme le mien. En tout cas, pas à ma connaissance. Le pari était assez risqué, mais je savais également que le nombre de femmes passant leur permis moto ne faisait qu’augmenter. »

Et les hommes dans tout ça? « Les hommes n’ont jamais été exclus de chez Mymy Rider. Ils étaient d’ailleurs plus nombreux que les femmes au début à venir chez moi. Aujourd’hui, je peux dire que ce n’est plus le cas. J’ai autant de femmes que d’hommes comme clients. L’entreprise avait pour première vocation d’offrir aux femmes une gamme vestimentaire plus féminine que ce que nous propose aujourd’hui les grandes marques moto. Je souhaitais également avoir une approche différente d’un garage pour les femmes. » Trois ans plus tard, on peut dire mission accomplie!

Myriam doit, selon elle, le succès de son entreprise à son caractère féminin. « Je pense que l’image féminine change beaucoup l’atmosphère du lieu. Nous avons une approche différente par rapport aux garages habituels. Les visiteurs se sentent tout de suite bien en entrant chez nous. »  Aujourd’hui, Myriam Amrouni développe sa marque! Nous aurons peut-être la chance de voir plus d’un garage Mymy Rider dans les années à venir. En espérant que ce beau concept traverse l’Atlantique!

MYMY Rider
30 rue des Maronites
75020 Paris
https://www.facebook.com/mymyrider.fr/

18/05/2020

Filles de moto


S’initier au Enduro entre filles

Vous aimez autant les balades en nature que les virées à moto. Pourquoi ne pas faire les deux? L’enduro est une discipline qui fait de plus en plus d’adeptes. En 2018, la Fédération des motocyclistes de sentiers du Québec (FMSQ) comptait une augmentation de 33% de membres. De l’est à l’ouest du pays, quelques initiatives permettent même aux filles de s’initier dans un environnement propice à elles.

Vous aimez autant les balades en nature que les virées à moto. Pourquoi ne pas faire les deux? L’enduro est une discipline qui fait de plus en plus d’adeptes. En 2018, la Fédération des motocyclistes de sentiers du Québec (FMSQ) comptait une augmentation de 33% de membres. De l’est à l’ouest du pays, quelques initiatives permettent même aux filles de s’initier dans un environnement propice à elles.

Girls with no limits
Marie-Claude Boudreau est une junkie d’adrénaline. Elle a pratiquement tout essayé de l’escalade au bobsleigh. Originaire des Cantons-de-l’Est, elle s’est exilée à Whistler en Colombie-Britannique avec l’idée d’agrandir son terrain de jeu. « Toute jeune, je regardais des films et des revues de snowboard et je rêvais de pratiquer ce sport à Whistler. Je ne pensais qu’à ça! Une fois les études terminées, j’ai réalisé mon rêve, mais malheureusement, un accident lors d’une compétition a limité mes activités dans cette discipline. Mais chaque histoire a son côté positif. Ça m’a permis de m’ouvrir à d’autres sports!

Depuis six ans, elle consacre sa saison estivale au enduro, une discipline qui l’a complètement conquise. « L’enduro, c’est de la conduite en sentier où on se sert des éléments de la nature, tels que des roches et des branches d’arbres, pour se challenger. C’est une grosse shot d’adrénaline, mais c’est aussi très méditatif et relaxant. Une fois le moteur en marche, le sourire me fend jusqu’aux oreilles, ma concentration est au maximum et je ne pense plus à rien d’autre qu’aux obstacles devant moi. J’aime la vitesse et pratiquer des manœuvres pour m’améliorer. Il n’y a jamais un moment banal à moto! J’aime la compétition aussi, c’est l’occasion de donner mon maximum. L’enduro est à la fois un défi physique et mental. »

Désireuse de partager sa passion, Marie-Claude a créé Girls with No Limits dans l’espoir de voir de plus en plus de femmes oser le milieu compétitif. « J’ai commencé à faire de l’enduro en 2013 avec des hommes. Je ne pensais pas à ce moment-là qu’il y avait beaucoup de femmes qui pratiquaient ce sport. Durant l’été 2016, j’ai commencé à faire de la course et j’ai rencontré plusieurs femmes. J’ai alors réalisé qu’il y en avait plus que je pensais. L’énergie des femmes est contagieuse. C’est à ce moment que j’ai décidé de partir un groupe sur Facebook pour organiser des rides entre filles. Dans le cadre de nos activités, nous donnons des ateliers de mécanique et nous organisons des événements et des journées de pratique technique. C’est la vente de marchandises et les levées de fonds qui nous permettent d’engager des instructeurs durant nos événements. Le groupe grandit peu à peu, et notre communauté de moto est plus active et énergique que jamais! »

Le club est ouvert autant aux curieuses qui désirent s’initier à la discipline qu’aux adeptes désirant s’améliorer et développer plus d’agilité dans des situations extrêmes. « Il y a plusieurs bénéfices à pratiquer l’enduro dans un environnement féminin. D’abord, quand un couple pratique un sport et que l’un des partenaires est plus débutant que l’autre, on est souvent témoin de chicanes ou de frustrations. Entre filles, on n’a pas le sentiment de décevoir notre partenaire et on a un sentiment plus grand d’indépendance. C’est plus facile de s’approprier la discipline. L’encouragement du groupe est motivant, et suivre les autres filles permet de repousser ses limites! »

Pour joindre ou suivre Girls with No Limits : https://www.facebook.com/girlswithnolimits/

25/05/2020

Filles de moto


Rebelles Inspirantes

Micaela Wallace a lancé Rebelle Moto: un projet qui tourne les projecteurs vers des femmes qui partagent un amour pour la moto et la route, et qui vise à partager les histoires fascinantes de #womenwhoride. Depuis l’an dernier, elle honore aussi des femmes influentes dans la communauté moto avec les Prix Rebelle. En 5 questions, l’instigatrice de ce projet porteur nous en dit un peu plus.

Micaela Wallace a lancé Rebelle Moto: un projet qui tourne les projecteurs vers des femmes qui partagent un amour pour la moto et la route, et qui vise à partager les histoires fascinantes de #womenwhoride. Depuis l’an dernier, elle honore aussi des femmes influentes dans la communauté moto avec les Prix Rebelle. En 5 questions, l’instigatrice de ce projet porteur nous en dit un peu plus.

Quelle est l’essence du projet?
Je peux dire sans aucune hésitation que je savais que je voulais faire quelque chose dans la communauté moto dès ma première année sur la route, il y a environ quatre ans. Conduire une moto a changé ma vie, et je voulais partager ça avec d’autres femmes. Je voulais aussi partager l’histoire d’autres femmes qui comme moi, ont eu cette même réaction en faisant de la moto pour la première fois.

Pourquoi le nom Rebelle Moto?
Je voulais un nom qui montre le côté badass et un peu rebelle que nous partageons toutes, sans toutefois perdre notre féminité et ce que c’est qu’être une femme. Combiner « Rebel » (en anglais) et « Belle » capture parfaitement cela. Toutes les femmes qui font de la moto ont ce mix parfait de rebelle et beauté en elles.

Rebelle Moto, l’objectif ultime?
Si ce que je fais avec Rebelle Moto touche une seule femme et lui donne la confiance de faire quelque chose qu’elle ne pensait jamais pouvoir faire, mon cœur sera plein! Il y a aussi les Rebelle Awards – conçus pour honorer les femmes inspirantes rencontrées dans les différentes communautés. Ça permet de passer de très beaux messages en donnant la parole à des femmes inspirantes.

Événements, sites web, blogues, Instagram, projets… il y a beaucoup d’action sur la scène moto féminine?
Le fait que des femmes soutiennent d’autres femmes est au cœur de Rebelle Moto. Et vous trouverez la même force dans un grand nombre de projets de moto dirigés par des femmes, que ce soient des entreprises, des marques ou des événements. Je pense qu’étant donné notre nature, on s’encourage les unes les autres et on désire toutes nous voir réussir dans nos efforts.

Cette année, un nouvel événement s’ajoute au calendrier, The Rebel Roundup. Qu’est-ce que c’est?
C’est un événement présenté par Rebelle Moto, Calgary Harley-Davidson et Ill-Fated Kustoms. C’est le premier rallye féminin à Wayne en Alberta, au cœur des Badlands. Un événement de 3 jours de camping, soupers communautaires, concours de lipsync, ateliers mécaniques, musique, exposants, rides, tatoueurs, etc. Ça se passe du 12 au 14 juin 2020. Venez nous voir!

Pour plus d’information sur Rebelle Moto: https://rebellemoto.vistaprintdigital.com/
Et découvrez The Rebel Roundup:  https://www.eventbrite.ca/e/the-rebelle-roundup-2020-tickets-83635486993

01/06/2020

Filles de moto


L’histoire québécoise de la moto

Le Québec peut être fier d’avoir une riche histoire de moto : Des pilotes d’exceptions, des entrepreneurs audacieux et des passionnés dévoués et impliqués. Il n’y a pas à dire, la moto animent les grands esprits! Vous avez envie d’en découvrir un peu plus sur le Québec et la moto? Voici trois incontournables qui vont feront remonter dans le temps.

Le Québec peut être fier d’avoir une riche histoire de moto : Des pilotes d’exceptions, des entrepreneurs audacieux et des passionnés dévoués et impliqués. Il n’y a pas à dire, la moto anime les grands esprits! Vous avez envie d’en découvrir un peu plus sur le Québec et la moto? Voici trois incontournables qui vous feront remonter dans le temps.

1. L’Épopée de la moto

Arrêt incontournable à St-Jean-Port-Joli ou destination de choix pour tous les passionnés d’histoire et de moto, les deux étages de ce musée jouxtant la route 132 débordent de reliques d’une autre époque. De la salle d’exposition des motos japonaises à celle des motos italiennes, pour ensuite monter à l’étage pour une ligne du temps tout en moto, vous serez comblés par la collection du musée qui présente 115 motocyclettes de 1903 à 2002. En 2012, le musée a reçu le prestigieux prix ‘‘Bar & Hedy Hodgson’’ remis par la Canadian International Motorcycle Heritage Museum Foundation (CIMHMF).

2. Le site du Temple de la renommée de la moto du Canada

En 2006, le Temple de la Renommée de la moto du Canada a été créé pour préserver et promouvoir l’histoire canadienne de la moto au profit de la communauté motocycliste et du public. Aujourd’hui, ce sont plus de 130 motocyclistes et organisations distingués à avoir été intronisés au Temple de la Renommée. En anglais seulement, le site du Temple de la Renommée de la moto du Canada présente quelques-uns des personnages les plus influents du monde de la moto de notre pays, en mots et en images.
https://canadianmotorcyclehalloffame.ca/

En collaboration avec l’organisme, le site Oneland a entrepris de présenter, en français, les profils de Québécois intronisés au Temple de la Renommée. Visitez le site www.onelandmag.com pour faire leur connaissance.

3. Club de moto anciennes du Québec

Nul besoin d’être un pro de la mécanique ou propriétaire d’une moto ancienne pour apprécier le travail incroyable que font les membres du Club de moto anciennes du Québec. Ils sont ceux qui gardent bien en vie ces motos d’une autre époque. Les organisateurs de l’exposition annuelle d’Hérouxville partagent généreusement leur passion pour ces motos uniques qui en disent long sur notre histoire moto au Québec. Toujours prêts à raconter une anecdote sur leur collection, ils sont de véritables livres ouverts. Leur page Facebook est un excellent point de départ pour découvrir l’ampleur du travail de restauration et conservation qu’ils accomplissent.
https://www.facebook.com/motosanciennesquebec/

Il est toujours intéressant d’en savoir plus sur notre histoire au Québec et sur les différents moments marquants de la moto. Ces trois incontournables sauront alimenter vos prochaines conversations entre motocyclistes, vous inspirer de modifications à apporter à vos deux roues, ou qui sait, vous donner la piqûre pour un nouvel achat vintage!

08/06/2020

Filles de moto